Summary : Godel’s Ontological Proof full demonstration

GÖDEL proved several theorems regarding Logics, as a science. These theorems are objective facts. The famous first Incompleteness Theorem says that there exists no theory embedding Arithmetics (Peano) which is complete and consistent (not contradictory). The present book is a formal development of another theorem : the ontological proof theorem, never published as such, usually mocked. One imagine easily why…

As a matter of fact, this theorem proves the necessary existence of consistent and complete theories; thus, the necessary existence of their unique « god-like » subjects ! Therefore ERIC BASILLAIS talks a priori about « gods »in the title of the developped demonstration:  » GODS ARE LOGICAL »

BUT, as another matter of fact, a closer look at these « gods » reveals they are just the Christian, Transcendant God, THEOS (after Aristotle) and Angels, following the exact definition of Catholic Church angelic and commun doctor : St Thomas Aquinas.

Gift : Free download online here (book’s cover and full text) :

https://ericbasillais.wordpress.com/pdf-a-telecharger/

English translation much appreciated. Please contact :

eric.basillais@gmail.com

Objection panenthéiste

A certains panenthéistes :
Je compatis quand même avec votre souci de prouver un dieu panenthéiste. Vous souhaitez exhiber un lien avec l’au-delà. C’est légitime. Dans le système logique développé, ce lien, en tant que « dieu », n’existe pas. Il vous faudra faire appel à un deuxième faux « dieu » (la Puissance d’Aristote) et le combiner avec le vrai Dieu Theos d’Aristote (l’Acte pur) pour obtenir mentalement un truc construit panenthéiste. Mais ce truc mental, pour reprendre l’objection première, à la Gaunilo, n’existe pas réellement. C’est une vision intra-mentale. Cela est clair d’après les théorèmes.

Au contraire, par le jeu des théorèmes Gödeliens, il est impossible de nier certaines existences réelles, nécessaires, en acte, purement imatérielles et donc purement intelligibles. Merci Gaunilo et …merci Gödel !

ERIC BASILLAIS